• Home
  • Crédit Revolving : Nos conseils & Avis

Crédit Revolving : Nos conseils & Avis

Dans le cadre d’un besoin de trésorerie, le crédit revolving, également connu sous le terme de crédit renouvelable, apparait comme une solution à envisager. Le principe de cette catégorie de prêt est de disposer d’un montant que le demandeur sera libre d’utiliser intégralement ou partiellement et quand il le souhaite.

L’une des particularités du crédit revolving est sa reconstitution progressive au fil des remboursements qui le distingue du prêt amortissable. Avant de souscrire ce type de prêt, il est primordial d’en comprendre le mode de fonctionnement, ses spécificités et d’en saisir les risques éventuels pour certains profils d’emprunteur.

Cette page fait le point sur tout ce qu’il faut connaitre sur le crédit revolving et sur la meilleure façon de l’utiliser.

Qu’est ce que le crédit revolving ?

A la différence notable avec le crédit affecté qui va être destiné à financer l’achat d’un bien précis, le crédit revolving est un crédit à la consommation répondant à un besoin de trésorerie et dont le montant pourra être utilisé à la guise de l’emprunteur.

Pouvant être souscrit auprès d’une banque ou d’un organisme de crédit spécialisé, le crédit revolving est la plupart du temps associé à une carte de crédit ou de fidélité qui va permettre à son souscripteur d’utiliser plus facilement sa réserve d’argent.

Le principe du crédit revolving ou renouvelable est le suivant : Le souscripteur va disposer d’une réserve d’argent qui va pouvoir l’utiliser à tout moment, partiellement ou intégralement. A partir du moment où ce dernier utilise une partie de la réserve, un système de prélèvements se mettra automatiquement en place pour le remboursement du capital emprunté et des intérêts associés. Ainsi, la réserve d’argent va se reconstituer progressivement au fur et à mesure des remboursements et le souscripteur pourra continuer à puiser dans celle-ci.

Cliquez ici pour comparer les offres en ligne

Comment fonctionne le crédit revolving ?

Comme évoqué précédemment, le crédit revolving n’est pas un crédit à la consommation au sens classique du terme et se distingue nettement du prêt personnel ou du crédit affecté.

En fonction du montant de la réserve mise à la disposition de l’organisme de prêt, le souscripteur aura toute latitude d’utiliser cette somme à sa guise. Au gré des remboursements, la réserve se reconstituera et pourra être de nouveau utilisée.

Il faut savoir que les échéances de remboursement ne débuteront qu’après avoir utilisé pour la première fois une partie ou la totalité de la réserve d’argent. Selon la même logique, les remboursements ne concerneront exclusivement que le montant effectivement utilisé.

Autre caractéristique fondamentale du crédit revolving, ce dernier applique un taux d’intérêt variable qui fait l’objet d’une évolution à la hausse ou à la baisse tous les ans ou tous les trimestres. Le taux d’intérêt sera également variable selon le montant de la réserve utilisé.

Dans le cas où le souscripteur éprouverait des difficultés à rembourser son crédit revolving, ce dernier pourra bénéficier d’un report d’échéance pouvant être accordé 2 fois maximum par an.

femme utilisant une carte de credit dans un terminal

Pourquoi choisir un crédit revolving ?

Le souscripteur peut utiliser le crédit revolving de deux manières, soit en bénéficiant de virements directement sur son compte bancaire, soit en ayant recours à une carte associée et utilisable à l’occasion d’un achat ou sur n’importe quel DAB.

Ce type de crédit est une solution de financement très utile et au coût raisonnable dans le cadre d’un prêt à court terme. Le crédit revolving sera idéal pour couvrir une dépense n’ayant pas été anticipée et de faible niveau.

En terme de coût, le crédit renouvelable et la réserve d’argent associée représentera un coût inférieur à celui généré par un découvert bancaire. Pour limiter le montant des mensualités relatives à ce prêt, le souscripteur ne devra pas hésiter à réaliser des remboursements anticipés dès qu’il en aura l’occasion sachant que ces derniers ne feront l’objet d’aucun frais de pénalité.

Compte-tenu de son principe de fonctionnement, le crédit revolving n’est pas destiné au financement des dépenses du quotidien.

La réserve d’argent disponible via un crédit renouvelable pourra être utilisée pour le financement de n’importe quel type de projet, qu’il s’agisse d’un voyage, d’un mariage ou encore de l’acquisition d’un bien d’équipement à la condition de ne pas dépasser le montant alloué par l’organisme prêteur.

Les avantages du crédit revolving

Le crédit revolving fonctionne différemment du crédit amortissable et le remboursement du prêt ne débutera qu’à partir du moment où le souscripteur utilisera tout ou partie de la réserve allouée. Ce type de crédit présente différents avantages dont les principaux sont les suivants :

  • Une solution de financement complémentaire
  • Idéal pour les besoins ponctuels de trésorerie
  • Un remboursement anticipé envisageable sans pénalité
  • La possibilité de transformer un crédit revolving en crédit personnel
  • Un prêt sans justificatif d’utilisation
  • Une information mensuelle sur la situation de son crédit renouvelable

Cliquez ici pour simuler votre demande de crédit gratuitement

Comment obtenir un crédit revolving ?

Conformément à l’article L312-19 du Code de la consommation et au même titre que n’importe quel autre crédit à la consommation, le crédit revolving est soumis à un délai de rétractation de 14 jours pendant lesquels le souscripteur peut renoncer à l’offre.

De même, chaque échéance de ce crédit ne peut être inférieure à 15 € mensuels et indépendamment du montant emprunté. En matière de durée, cette dernière ne pourra excéder 36 mois pour un montant inférieur à 3000 € et 60 mois pour un montant supérieur à 3000 €.

En ce qui concerne le crédit revolving, la durée du contrat et la durée du crédit sont deux notions distinctes. La durée du contrat sera d’un an avec reconduction possible chaque année.

Il faut noter que le contrat ne sera pas prolongé de façon automatique et la réglementation impose certaines restrictions visant à réduire les risques de surendettement des souscripteurs. Ainsi, avant toute prolongation de contrat, l’organisme de crédit a l’obligation de vérifier la solvabilité du souscripteur tous les 3 ans, de consulter le FICP et d’informer l’emprunteur sur les conditions de reconduction du contrat et sur les modalités de remboursement du montant restant dû.

illustration pièces de monnaie crédit revolving

Des risques importants

Malgré l’instauration de lois plus strictes régissant son utilisation, la souscription d’un crédit renouvelable n’est pas neutre et appelle une vigilance accrue du particulier principalement sur le risque de surendettement et sur la politique de taux d’intérêt élevés inhérente à ce type de prêt.

Les taux élevés et variables

L’une des principales caractéristiques du prêt revolving est d’afficher des taux d’intérêt élevés et nettement supérieurs à ceux des crédits amortissables. De plus, si les prêts personnels ou affectés disposent d’un taux fixe, il n’en est pas de même pour les crédits renouvelables dont le taux est systématiquement variable.

A noter qu’il existe, dans le cas d’un crédit renouvelable, un seuil de l’usure qui s’applique au montant qu’emprunte le particulier. Selon que le montant soit inférieur ou égal à 3000 €, supérieur à 3000 €, inférieur ou égal à 6000 € ou supérieur à 6000 €, le taux d’intérêt maximal sera inversement proportionnel au montant emprunté.

De façon plus concrète, les organismes de prêt vont appliquer des taux d’intérêt situés juste en dessous de ces seuils. Le fait de pratiquer des taux supérieur à ce seuil est considéré comme un délit selon le Code pénal.

Toujours en matière de taux d’intérêt, l’organisme de crédit a l’obligation d’afficher le TAEG (taux annuel effectif global) aussi bien sur l’offre initiale que sur celle de renouvellement. De même, il devra informer mensuellement l’emprunteur du taux d’intérêt applicable.

Attention au surendettement !

Compte-tenu de son principe-même de fonctionnement, le crédit revolving n’est pas sans risque et impose, de la part du souscripteur, la plus grande des vigilances. Pour mesurer à quel point le crédit renouvelable peut dégrader la situation financière de l’emprunteur, il suffit de voir la proportion de dossiers de surendettement dans lesquels ce dernier a fait l’objet d’une souscription.

Selon les chiffres d’une enquête réalisée par la Banque de France en 2019, les crédits revolving figurent dans pas moins de 66,3% des dossiers de surendettement. Si l’on note toutefois une diminution du nombre de dossiers de surendettement depuis la réforme du crédit revolving en 2011 dont les dispositions protègent davantage les particuliers, il convient néanmoins de bien s’informer sur ce dernier avant toute souscription.

Il est utile de préciser qu’à la suite de 2 échéances mensuelles non payées sur un crédit revolving, le défaut de paiement sera caractérisé et cette situation entraînera automatiquement l’inscription du souscripteur au FICP (Fichier de la Banque de France des Incidents bancaires de remboursements de Crédits aux Particuliers).

Obtenez gratuitement un devis pour votre crédit en cliquant ici

Notre avis sur le crédit revolving

A la différence du crédit à la consommation dont le montant maximum empruntable peut atteindre 75 000 €, le crédit revolving permet d’emprunter 10 000 € maximum en moyenne.
Fréquemment présenté comme un crédit pouvant créer ou aggraver une situation de surendettement, le crédit renouvelable n’en est pas moins une solution de financement complémentaire à sérieusement envisager en cas de besoin de trésorerie ponctuel.

Pour conclure, il convient de souligner que depuis que la loi Hamon a été promulguée en 2014, les organismes de crédit doivent proposer obligatoirement une offre de prêt amortissable pour tout demandeur d’un crédit revolving dépassant les 1000 €. Cette mesure facilitera l’étude comparative entre les deux catégories de prêts.