• Home
  • Le Guide du Crédit à la Création d’Entreprise

Le Guide du Crédit à la Création d’Entreprise

Tandis qu’un entrepreneur se lance dans la création de sa société il est souvent confronté à un besoin de fonds car sa trésorerie personnelle ou celle de la future structure n’est pas suffisante. Il doit donc faire appel à un organisme extérieur afin de financer le projet de création. Le crédit création d’entreprise est l’une des solutions d’emprunt professionnel existantes. Découvrez notre guide complet sur le prêt création d’entreprise.

↓ Simulez votre prêt professionnel gratuitement ↓

Qu’est-ce-que le crédit création d’entreprise ?

Le crédit création d’entreprise est une aide financière mise à disposition des créateurs d’entreprise avec plusieurs avantages. Son but principal est de faciliter le financement d’un projet créatif nouveau ou de reprise d’une structure déjà existante. Cet emprunt destiné à des cibles spécifiques possède des caractéristiques qui le sont tout autant :

  • les sommes empruntées sont incluses dans une fourchette entre 2000€ et 7000€
  • il est indispensable qu’un prêt bancaire soit souscrit en parallèle d’un montant au moins 2 fois supérieur. Ex : si une demande est faite pour un crédit création d’entreprise d’un montant de 3000€, le prêt bancaire parallèle est d’au moins 6000€
  • le montant total du plan de financement ne dépasse pas 45k€
  • l’entreprise doit être en cours de création ou est un projet de reprise (avec moins de 10 salariés si en cours de création)
  • l’entreprise doit avoir moins de 3 ans d’existence au moment de la demande
  • aucun prêt bancaire ne doit avoir été souscrit dans les 2 années précédentes

L’emprunt est accordé sous réserve de présentation d’une caution personnelle et d’un nantissement sur les biens mobiliers pour couvrir les pertes éventuelles. Sa durée est de 5 ans avec un différé de 6 mois pour la première mensualité soit un remboursement sur 54 mois. Le taux du prêt création d’entreprise est identique à celui du prêt bancaire principal sous réserve d’un plafonnement publié mensuellement.

Son utilisation est réservée à une aide au démarrage d’une entreprise. A savoir la couverture des frais de création, la constitution d’une trésorerie de lancement ou encore la publicité. La loi prévoit qu’il n’est pas possible d’allouer ce prêt à l’achat de matériels car celui-ci est pris en charge par le prêt bancaire.

Comment trouver la meilleure offre ?

Bien que la demande d’un crédit création d’entreprise soit pilotée par la Bpi France, les banques institutionnelles peuvent obtenir une délégation pour s’occuper d’un dossier de financement et trouver ainsi la meilleure offre possible pour un projet. Malgré tout plusieurs points sont à analyser pour s’assurer d’une issue la plus favorable possible.

Le but d’une banque privée est d’aider au financement les acteurs locaux tout en préservant au maximum sa santé économique. C’est pourquoi beaucoup de banques privilégient un partage des risques pour minimiser des pertes potentielles. De plus les accords, dits Bâle III, les obligent à respecter un ratio de fonds propres dans tout projet de financement de création. Toujours dans la même logique de prévention de pertes financières.

Nous présenterons plus loin les divers éléments indispensables pour présenter un dossier solide à sa banque. Voici les grands points à éviter pour se garantir la meilleure offre :

  • présenter un projet trop audacieux
  • avoir un business plan irréaliste et / ou déséquilibré
  • porter un projet sans avoir l’expérience requise par la banque
  • posséder des fonds propres insuffisants
  • porter un projet qui n’est pas en phase avec le marché ciblé

Dernière chose. Chaque banque a ses propres critères d’obtention. Démarcher plusieurs établissement sera sûrement incontournable.

↓ Simulez votre prêt professionnel gratuitement ↓

Les montants disponibles pour un crédit création d’entreprise

Nous le disions en présentation du crédit création d’entreprise. Les sommes empruntées dans le cadre de ce type de prêt sont comprises entre 2000€ et 7000€. Ces sommes doivent représenter au maximum la moitié du prêt bancaire “classique”. Le projet de financement global ne peut excéder 45000€.

Comment préparer un dossier béton pour votre demande de prêt ?

Un tel dossier nécessite une préparation importante en amont afin d’augmenter significativement ses chances d’obtention. Voici quelques conseils pour arriver avec toutes les armes nécessaires lors du rendez-vous avec votre conseiller.

L’apport personnel

Tous les analystes et organismes de prêts s’accordent à reconnaître qu’un apport personnel qui représente 50% du montant emprunté est un sérieux gage de confiance. Malgré tout si un dirigeant met sur la table 30% de la somme empruntée il se peut que la banque soit encline à débloquer les fonds. D’autant s’il s’agit d’une société à “risque limitée”. Une absence de fonds rime souvent avec refus systématique et catégorique d’accord de prêt, il faut dire que les crédits pro sans apport demande un dossier plus que solide pour être proposés.

La comparaison avec la concurrence

Vous êtes acteur de votre demande de prêt. Il est vivement conseillé de mettre en concurrence les différents établissement bancaire dans les modalités de leurs emprunts (TEG, durée, taux d’intérêts, cautionnement, etc.). En ayant une bonne connaissance de ce qui se passe ailleurs il est beaucoup plus facile de négocier des conditions plus favorables et moins contraignantes.

Petite astuce : pourquoi ne pas faire appel à un courtier en prêt ? Il s’occupe, contre une commission à l’obtention du prêt, de comparer l’état du marché et de vous trouver l’offre la plus compétitive.

Le Business Plan

C’est souvent à partir d’un business plan, qui représente des projections de la future activité, qu’un accord de prêt est validé ou non. Il est donc essentiel que ce plan prévisionnel soit réaliste. Surtout concernant les besoins en fonds de roulement qui sont le poste de dépenses que va financer le crédit création d’entreprise. N’hésitez pas à présenter des devis, des accords commerciaux, etc.

Petite astuce : C’est aussi votre capacité à convaincre qui entre en jeu lors d’une demande de prêt. Les projections financières vont donner une idée de vos capacité intrinsèques à rembourser. Il est vital que le prêteur sente que vous êtes la personne de la situation face à ce projet : expertise, compétences, statistiques et savoir-être.

Varier ses sources de financement

Démontrez à votre conseiller bancaire que vous avez réparti le poids financier du lancement de votre structure professionnelle sur plusieurs partenaires. C’est un point qui peut faire la différence si vous avez réussi à obtenir un prêt d’honneur pour grossir l’apport personnel ou encore à créer un pool bancaire qui regroupe plusieurs financeurs. Il est aussi possible de faire appel à de la love money. Vos proches et familles vous soutiennent financièrement dans cette phase de lancement, ce qui augmente vos fonds propres. Enfin l’aide d’un ou plusieurs Business Angels est un atout remarquable. Entrepreneurs émérites avec un réseau souvent important ils peuvent faire des levées de fonds cruciales pour votre démarrage.

N’oubliez pas les aides fiscales et locales

Au démarrage d’une activité il est conseillé de soulager au maximum les charges fiscales qui pèsent sur sa rentabilité. Plusieurs types de gestes fiscaux existent dans ce sens :

  • la prime d’aménagement de territoire pour aider les entreprises qui s’implantent sous certaines conditions dans des territoires définis
  • les exonérations d’impôts sur les bénéfices pour ces mêmes sociétés
  • l’exonération des impôts locaux
  • les exonérations de charges sociales pour les entreprises en ZFU qui s’engagent à embaucher des personnes locales

Mon crédit création d’entreprise est refusé… que faire ?

Il ne faut pas le considérer comme un échec personnel. C’est l’occasion de prendre un peu de recul et de réévaluer ses besoins pour présenter un dossier encore plus complet et solide. Nombreux sont les organismes et associations qui accompagnent les créateurs d’entreprise afin confronter votre projet et apporter un nouvel éclairage. Cela permet d’identifier les éventuelles lacunes qui ont fait défaut lors de la première demande.

Par ailleurs il est possible de faire appel à la Médiation du Crédit qui a pour mission de faciliter l’accès au crédit pour les créateurs. D’autant plus si la réponse de la banque ne vous paraît pas suffisamment justifiée et argumentée.

Comparez les offres