• Home
  • Ce qu’il faut savoir sur la renégociation des crédits immobiliers

Ce qu’il faut savoir sur la renégociation des crédits immobiliers

Les taux extrêmement bas proposés par les banques pour de nouveaux prêts immobiliers peuvent vous donner envie d’emprunter. Surtout si vous les comparez au taux que vous avez souscrit avec cette même banque il y a quelques années de cela pour l’achat d’un nouveau logement. Heureusement, il est possible de renégocier votre prêt et d’obtenir une réduction de votre taux. Voici les différents critères à prendre en compte lors de la renégociation de votre prêt.

Le différentiel de taux est à prendre en compte

Il faut que la différence entre le taux de votre emprunt et le taux du marché actuel soit importante. En effet, renégocier un prêt entraîne des frais de dossier qui peuvent être significatifs. Il faut donc impérativement s’assurer que la différence soit d’au moins un pourcent (1% vs. 2% par exemple) pour que la renégociation soit viable et réduise réellement vos mensualités.

Le nombre d’années restantes de votre crédit en cours est aussi important

Vos mensualités sont composées du remboursement des intérêts et du capital. Mais la part intérêt/capital varie au fil du temps. Au début, vous ne payez pratiquement que les intérêts alors qu’à la fin, à l’inverse la majeure partie de vos mensualités est dédiée au remboursement du capital. Ceci pour dire que vous si vous n’avez plus que 2 ans de remboursements sur un prêt à 20 ans, réduire vos intérêts ne servira à rien, étant donné que vous les aurez déjà payés. Par contre, si vous avez pris un prêt à 30 ans en 2010, vous avez tout à gagner à renégocier votre emprunt.

Ayez de bonnes relations avec votre banque

Il s’agit probablement du sujet le plus important pour que vous puissiez renégocier votre prêt. Un moyen de pression auprès de votre banque peut la rendre prête à réduire vos intérêts. En effet, votre banque n’a aucune obligation de répondre favorablement à votre demande. Si vous avez une bonne relation avec votre banquier. Cela vous aidera à emporter son adhésion. Par ailleurs, si toute votre famille est dans la même banque ou que vous avez souscrit à d’autres prêts (automobiles…), à des produits financiers, ou à des carte de crédit haut de gamme par exemple, il y a de fortes chances que votre demande soit approuvée.

La concurrence peut vous être utile

Si vos relations avec votre banque ne sont pas bonnes, rien n’est perdu pour autant. En effet, la concurrence peut jouer en votre faveur. Faite allusion aux offres d’autres banques concurrentes lors de votre rendez-vous avec votre banquier afin de négocier les prêts. Et si ce n’est pas suffisant, il ne vous reste plus qu’à passer à l’acte en souscrivant à un prêt dans une autre banque. Là encore, de nombreux frais sont à prendre en compte si vous ouvrez un compte dans cette nouvelle banque (frais de dossier…). Il est aussi possible que votre propre banque décide de de vous pénaliser pour ce manque de fidélité (pénalité de remboursement anticipé par exemple). A ne pas oublier que la souscription à de nouvelles assurances (décès, chômage) peuvent rendre caduc l’effet positif d’une renégociation de prêt.